Blog

Mon bébé : Eaux, jus ,soupes... On lui donne quoi à boire ?


Collaboration pour le Magazine PARENTS, juillet-aout 2017, Romy Ducolombier et Delphine Sury Diététicienne Nutritionniste


L’hydratation est essentielle au bon équilibre d’un tout-petit. En accompagnement de ses repas ou via son alimentation, suivez nos conseils ciblés pour répondre à ses besoins.


L’hydratation participe au développement d’un bébé. Rappelons qu’au cours des premiers mois de sa vie, son organisme est composé d’eau à environ 70%. Cet élément est donc nécessaire à son équilibre hydro-électrique. C’est-à-dire ? (L’équilibre entre l’eau et les électrolytes participes des réactions chimiques dans les cellules afin de permettre à l’organisme de fonctionner. Mais l’eau joue aussi un rôle de régulateur thermique. Les mouvements d’un tout-petit (et plus tard ses efforts pour se tenir debout puis ses premiers pas) occasionnent une forte dépense d’énergie. « Avec la perte cuntanée et l’immaturité de ses reins, un bébé « consomme » beaucoup d’eau et se déshydrate plus rapidement que les adultes. Difficile pour lui, qui ne maîtrise pas encore le langage, de verbaliser ses besoins et de manifester sa soif », explique Delphine Sury, diététicienne-nutritionniste à Bordeaux*.


De 0 à 3 ans, à chaque enfant ses besoins

Entre 0 et 6 mois, l’hydratation du bébé est exclusivement apportée par le lait maternel ou le lait infantile. De 10 mois à 3 ans, un tout-petit devrait boire chaque jour, au moins, 500 ml de lait infantile adapté à sa croissance. « Mais la chaleur, la fièvre ou une éventuelle diarrhée peuvent accroître ses besoins hydriques au cours de la journée », explique D. Sury. « À vous de compléter alors sa consommation de lait par de l’eau, proposée dans un biberon, à intervalles réguliers » ajoute-t-elle. Dans certaines situations, comme lors des trajets en voiture ou en avion, il est également recommandé d’hydrater son enfant régulièrement. Et après 3 ans ? « Comptez environ1,2 L d’eau par jour à travers l’eau de source et l’alimentation », complète la diététicienne-nutritionniste.


Quelle eau pour un tout-petit ?

Avant 3 ans, il est préférable de donner de l’eau de source à un tout-petit. « Celle-ci doit être faiblement minéralisée, la plus pure possible (une trop grande concentration en minéraux entrainerait une charge osmotique trop importante pour les reins immatures du nourisson). Sur les conseils de son pédiatre, vous pouvez aussi lui servir (ponctuellement) une eau riche en minéraux (magnésium), s’il souffre de troubles du transit, ou en calcium si votre enfant mange peu de produits laitiers (Hépar, Contrex, Courmayeur) », explique Delphine Sury. Et les eaux aromatisées ? « Il est préférable de les éviter afin d’habituer un enfant au goût neutre de l’eau. Idem pour les sodas ou les jus de fruits industriels. Trop sucrés, ceux-ci ne conviennent pas à ses besoins nutritionnels et faussent l’apprentissage du goût », précise-t-elle. Le risque si cela devient une habitude ? Celui de créer, à terme, des problèmes de surpoids, de diabète et de favoriser l’apparition de caries. « Après 3 ans, les enfants sont plus autonomes au niveau de l’hydratation. Ils savent exprimer la soif. Il est néanmoins important de leur servir à boire à des moments clés de la journée ; le matin au réveil, à l’heure du goûter, avant et en fin de repas », ajoute D. Sury.


Une alimentation top hydratation

Les fruits et légumes, comme la plupart des végétaux, contiennent beaucoup d’eau. C’est le cas, par exemple, de la fraise, de la tomate ou du concombre que l’on trouve sur les étals en été. « Présentés sous leur forme crue et non transformée, ils n’ont pas toujours la cote auprès des enfants. Surtout à partir de 3 ans, lorsque les gourmets en herbe s’affirment dans leurs choix alimentaires », explique Delphine Sury. La spécialiste suggère plutôt de les mixer en veloutés, en soupes et en gaspachos. « Les tout-petits, même s’ils sont en âge de mastiquer, ont peur des aliments nouveaux. La texture veloutée des légumes mixés est rassurante pour eux », indique-t-elle. « Profitez-en pour leur proposer des associations de saveurs inédites comme carotte-orange ou pomme-concombre, par exemple. C’est une bonne initiation aux saveurs sucrées-salées. Et cela leur permet de déguster plus facilement des crudités riches en vitamines C tout en s’hydratant ». À noter : les jus de fruits et de légumes crus se dégustent, au minimum, à partir de 1 an.


Et les jus de fruits, comment les introduire ?

« Avant 3 ans, l’eau est la boisson la plus appropriée dans le cadre d’une alimentation variée. Bien sûr, vous pouvez proposer occasionnellement un jus de fruits à un tout-petit mais il ne doit pas se substituer à l’eau de source », rappelle la spécialiste en nutrition. Par la suite, c’est à l’heure du petit-déjeuner ou en guise de collation (le matin ou l’après-midi) que les jus de fruits font leur entrée dans l’alimentation. Et toujours, en dehors des repas. « Les jus de fruits maison, préparés à l’aide d’une centrifugeuse ou d’un extracteur de jus, sont riches en vitamines, en fibres et minéraux. Et lorsque les fruits sont bios, c’est encore mieux ! », affirme Delphine Sury. « Les jus que l’on achète en briques en supermarchés sont, le plus souvent, dépourvus de fibres. Ils ont peu de valeur nutritive. Le « fait maison » est bien plus savoureux et ludique, surtout lorsque l’on presse son jus en famille », termine-t-elle.

Featured Posts
Archive
Follow Me
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Instagram Icon
  • Grey Pinterest Icon

Julie Massé

& Delphine Sury

  • Facebook Social Icon
  • Google+ Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Vimeo Social Icon

CABINET BORDEAUX NORD

2  rue Robert Charazac

33300 Bordeaux

© 2016 par Delphine Sury. Tout droit réservé par Delphine Sury Diététicienne Nutritionniste à Bordeaux 

N° ADELI 339500886- Accueil - Mentions légales - Contact

 

Delphine sury diététicien nutritionniste à bordeaux nord, diététicien nutritionniste à bordeaux cauderan, consultation de nutrition à proximité de la clinique Bordeaux Nord (PBNA Polyclinique Bordeaux Nord Aquitaine) cabinet de nutrition et diététique à bordeaux Caudéran, centre de santé pluridisciplinaire, cabulaboratoire d'analyse Bioffice Ravezies, diététicien nutritionniste diplômé diététicienne du CHU de Bordeaux, Diététicien Nutritionniste Santé Clair, DIététicien Nutritionniste Carte Blanche, Diététicienne Nutritionnsite spécialisée en diabétologie  à bordeaux,  alimentation diabète de type 1 à bordeaux, alimentation et diabète de type 2 bordeaux, suivi nutritionnel  pompe à insuline  à bordeaux, éducation et suivi à l'insulinothérapie fonctionnelle à bordeaux, gestion des hypoglycémies à bordeaux, diabète et prise de poids, diabète et projet de grossesse à bordeaux, alimentation adaptée au diabète gestationnel à bordeaux, astuces diabète et voyage, vivre avec le diabète à bordeaux, SFD société francophone du diabète, Diététicienne Nutritionniste spécialisee grossesse à Bordeaux, Diététicienne nutritionniste grossesse et sleeve à bordeaux, Diététicienne nutritionniste grossesse et bypass à bordeaux, Diététicienne nutrtionniste grossesse et dénutrition à bordeaux, diététicienne nutrtitionniste maladies digestive à Bordeaux,  alimentation sans gluten, nutrition et maladie coeliaque, alimentation pauvre en FODMAPS, alimentation et syndrome de l'intestin irritable à Bordeaux, diététicienne nutritionnsite cancerologie à bordeaux, diététicienne nutrititionniste obésité à bordeaux, diététicienne nutritionniste surpoids à bordeaux, diététicienne nutritionniste treouble du comportement alimentaire à bordeaux, diététicienne nutritionniste membre du GROS groupe de reflexion de l'obesité et du surpoids, diététiticienne nutritionniste alimentation intuitive à bordeaux, mincir durablement à bordeaux , rééquilibrage alimentatire à bordeaux, coaching nutrition à Bordeaux, diététicienne nutritionniste surpoids de l'enfant et de l'adolescent à Bordeaux, diététicienne nutritionniste obésité de l'enfant et l'adolescent à Bordeaux, diététicienne nutritionniste education thérapeutique à bordeaux